Les grottes de Lascaux

Le 15 décembre 2016, le Centre international d’art pariétal (Lascaux IV ) est inauguré à Montigny. Après Lascaux II, qui proposait depuis 1983 une réplique -partielle- de la grotte et devant l’intérêt et même l’engouement du public, c’est un projet ambitieux qui est désormais mené à terme : Lascaux IV reproduit l’intégralité de la grotte, dans ses moindres détails et avec une précision inégalée. Et le succès est au rendez-vous : un an après son ouverture, le centre avait accueilli plus de 500 000 visiteurs !
La grotte a été découverte en 1940 par quatre adolescents, et fermée en avril 1963 pour éviter une dégradation irréversible de ce que le spécialiste de la préhistoire Henri Treuil appelait « la chapelle Sixtine de l’art pariétal ». Les peintures préhistoriques révélées par cette découverte -parfaitement conservées, parce que la grotte était à l’abri de l’air et de la lumière-, ont attiré l’attention de tous les spécialistes par leur exceptionnelle qualité artistique.
La visite de Lascaux IV prend de une heure trente à deux heures, par groupes d’une trentaine de personnes (plusieurs langues proposées ). La première image, saisissante, proposée avant l’entrée dans la grotte proprement dite, est une reconstitution du paysage environnant d’il y a 20 000 ans (on estime aujourd’hui que les oeuvres de la grotte de Lascaux datent de 17 à 18 000 ans) : un paysage froid et austère, sans arbres, couvert de neige et de glace une bonne partie de l’année et peuplé de rennes.
La seconde image est un choc : les parois de la grotte couvertes de représentations animales, animaux en mouvement, représentés de façon si dynamique, si colorée, si vivante que le spectateur reste confondu par la richesse artistique de l’ensemble. Notre émotion est à l’égale de celle de Georges Bataille auteur d’un ouvrage dont le titre résume à lui seul l’importance de la grotte : «La peinture préhistorique. Lascaux ou la naissance de l’art » :
« J’insiste sur la surprise que nous éprouvons à Lascaux. Cette extraordinaire caverne ne peut cesser de renverser qui la découvre : elle ne cessera jamais de répondre à cette attente de miracle, qui est, dans l’art ou dans la passion, l’aspiration la plus profonde de la vie. » (p. 15)

Notre guide, qui connait bien son sujet et qui est même passionnée, souligne le savoir-faire des artistes qui ont dû composer avec le relief irrégulier des parois de la grotte, et qui parviennent à faire surgir une perspective, un mouvement, un récit….A la sortie de la grotte, le visiteur peut, à son gré, se promener dans l’atelier de Lascaux qui propose des maquettes des oeuvres principales, un théâtre de l’art pariétal, une galerie de l’imaginaire, des expositions d’artistes contemporains….

De Saint Georges à Lascaux IV, comptez une heure de voiture, mais la route qui serpente à travers bois et villages est déjà l’occasion d’une belle découverte du Périgord pour ceux qui ne le connaissent pas. Le Centre est très fréquenté l’été, mais il est possible (et même recommandé ) de réserver son billet à l’avance (www.lascaux.fr ).

Si vous venez en Dordogne, cette visite est incontournable!